amdh

COMMUNIQUE

Suite aux interdictions illégales des activités initiées par l’AMDH ( plus de 100 activités interdites par les autorités depuis juillet 2014 à ce jour) et suite au refus des autorités, au mépris de la loi , de délivrer les récépissés de dépôt des dossiers de renouvellement des sections , l’ASSOCIATION MAROCAINE DES DROITS HUMAINS (AMDH) a décidé, entre autres, d’informer les partis politiques, les syndicats et les organisations de la société civile de ces violations de la loi qui vont à l’encontre d’un ETAT DE DROIT.

Dans ce cadre, l’AMDH a eu des entretiens avec plusieurs organisations :
1-      Le 7/12/2015 à 10h30 rencontre avec le parti de l’Union Socialiste des Forces Populaires (USFP).
2-      Le 7/12/2015 à 18h30 rencontre avec le parti de l’ISTIQLAL.
3-      Le 2/2/2016 à 16h30 rencontre avec le SYNDICAT NATIONAL DE LA PRESSE MAROCAINE (SNPM) .
4-      Le 3/2/2016 à 11h rencontre avec le syndicat UNION MAROCAINE DU TRAVAIL (UMT) .
5-      Le 3/2/2016 à 19h rencontre avec le parti JUSTICE ET DEVELOPPEMENT (PJD).
A signaler que l’AMDH s’est entretenue auparavant avec LE PARTI D’AVANT GARDE DEMOCRATIQUE ET SOCIALISTE (PADS), ANNAHJ ADDIMOCRATI (VD) et le PARTI SOCIALISTE UNIFIE (PSU).

Lors des entretiens, les délégations de l’AMDH ont brossé la situation alarmante des droits humains au MAROC et la situation plus qu’alarmante que vit l’AMDH.
De leur côté les responsables des partis et syndicats  ont convenu de la nécessité de respecter la loi ; la plupart se sont déclarés prêts à œuvrer pour que cessent ces violations inadmissibles qui ne visent pas uniquement l’AMDH mais la société toute entière et l’ETAT DE DROIT.

A cette occasion, l’ASSOCIATION MAROCAINE DES DROITS HUMAINS (AMDH) :
1-       Remercie les responsables des partis et syndicats sus cités d’avoir répondu à sa demande de rencontre
2-       Souligne l’attachement de ces dirigeants à la nécessité de respecter le droit.
3-      Salue leur disposition à renouveler ces rencontres de concertation comme elle salue leur disposition à entreprendre des actions communes pour faire cesser les violations.
4-      S’engage à poursuivre son action unitaire pour l’instauration d’un ETAT où priment les valeurs des droits humains.

A signaler que l’AMDH a également  envoyé des demandes de rencontre à plusieurs ministres et responsables ; jusqu’à présent seul le ministre de la Justice et des Libertés a répondu à cette demande (la rencontre a eu lieu le  29/1/2016 à 11h).

Le bureau central
Le 08/02/2016

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *