Le bureau de la section Paris-IDF de l’AMDH a suivi avec inquiétude les agressions commises par la police à l’égard  des habitant(e)s du quartier « Ard Eddewla » à Beni makada (banlieue de Tanger).

Dans la métropole du Nord à Beni Makada, celles-ci ont débuté la matinée du lundi 1er octobre 2012, à la suite de la protestation d’habitants du quartier, qui se sont opposés aux policiers venus soutenir une procédure d’exécution d’un jugement de délogement. Celui-ci concernait une famille de locataires, composée de 14 membres.

Les citoyens qui se sont solidarisés avec cette famille ont vu s’abattre sur eux une violence inouïe ; la police ayant non seulement utilisé les matraques, mais aussi les bombes lacrymogènes et autres balles en caoutchouc. Le bilan de la répression fut lourd : plusieurs blessés et cas d’évanouissement ainsi que plusieurs arrestations dans les rangs des manifestants ont été constatés.

Par ailleurs, parmi les personnes arrêtées figurent la dame âgée locatrice de la maison faisant l’objet de l’avis d’expulsion ainsi que ses 5 fils. Cette intervention sauvage a également causé le décès du père, M. Ahmed Seqam -qui était malade- à la suite :

–          des effets des bombes lacrymogènes dont la police a fait usage aux alentours de sa maison assiégée ;

–          de la torture qu’il a subie au poste de police où il a été emmené.

Le bureau de la section Paris-IDF de l’AMDH a également suivi de près les derniers événements qu’a connu la ville de Sidi Ifni, où un sit-in de la population locale a été réprimé.

L’agression de la police et des forces auxiliaires a engendré :

–          de nombreux blessés au sein de la population ;

–          l’arrestation de nombreux militants de la société civile tels que ceux de l’association nationale des diplômés-chômeurs, des membres de l’AMDH et du mouvement du 20 février.

Concernant ces dangereuses violations des droits humains, le bureau de la section Paris-IDF de l’AMDH :

–          présente ses condoléances à la famille de M. Ahmed Seqam et son soutien en cette période tragique qu’elle est en train de vivre ;

–          déclare sa solidarité absolue et sans conditions avec la population du quartier « Ard Eddewla » à Beni Makada et celle de Sidi Ifni ;

–          réclame l’arrêt des poursuites judiciaires à l’encontre de la famille de M. Ahmed Seqam, la libération des membres détenus de la famille

ainsi que de l’ensemble des personnes arrêtées au cours des récents événements de Beni Makada et Sidi Ifni ;

–          condamne les approches sécuritaires répressives des autorités locales ainsi que la répression systématique subie par les populations de Beni Makada et Sidi Ifni ;

–          réclame l’ouverture d’une enquête sur les circonstances de la mort du citoyen Ahmed Seqam – qui a été transféré à l’hôpital alors qu’il était précédemment en détention – et la poursuite des personnes responsables dans cette affaire ;

–          demande aux parties concernées d’apporter une réponse aux revendications légitimes des populations de Beni Makada et Sidi Ifni.

Le bureau de la section Paris-IDF de l’AMDH

Le 10 octobre 2012

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *