L’Association Marocaine des Droits Humains Paris/IDF appelle à un rassemblement de solidarité avec Hirak Jerada et autres régions du Maroc, le mardi 9 janvier à 18h30 à la place de la république, Paris

Pendant que le combat continu pour mettre fin aux arrestations arbitraires et pour lutter pour la liberté et les droits humains au Maroc, un nouveau drame vient secouer le peuple marocain et les habitant-e-s de la région de l’Oriental plus précisément. Deux hommes, mineurs de profession, ont trouvé la mort, dans la ville de Jerada dans ce que l’on appelle « les mines de la mort » et ce le vendredi 22 décembre 2017.

La ville de Jerada vit à travers le temps une marginalisation et un délaissement total de la part des autorités officielles présentes dans la région et de l’Etat marocain de façon générale, comme plusieurs villes de l’Oriental. Les mines de la ville sont désaffectées depuis presque 20 ans. Mais, due à l’absence d’investissements, les mines sont devenues une source économique pour les habitant-e-s de la région qui en extraient du charbon afin de subvenir aux besoins de leurs familles. Les mines se trouvant dans un état délabré, lors d’une remontée des eaux, trois personnes se sont retrouvées bloquées. Une seule a pu s’en sortir saine et sauve. Les deux autres, frères, y ont malheureusement succombé.

La ville de Jerada et ses habitant-e-s manifestent leur colère depuis ce jour-là, dénonçant la marginalisation qu’ils et elles vivent au quotidien. Le 22 décembre est une date qui s’ajoutera au calendrier sanglant du Maroc.

Suite à ce tragique évènement, l’Association Marocaine des Droits Humains Paris/IDF :

  • Présente ses condoléances aux familles des victimes, aux habitant-e-s de Jerada et au peuple marocain suite à la perte de deux de ses citoyens dans leur combat pour la survie;
  • Dénonce la marginalisation de la région de l’Oriental, entre autres régions, poussant les habitant-e-s à risquer leur vie pour survivre ;
  • Exige à ce que les responsables du délaissement de la ville de Jerada, ainsi que des autres régions qui font partie de ce qui est appelé « le Maroc inutile » soient jugés ;
  • Rappelle, en cette occasion, son appel à la libération de tou-te-s les détenu-e-s politiques ;
  • Condamne toutes les formes de répression auxquelles sont confrontées les protestations des citoyennes et des citoyens ;
  • Confirme sa solidarité avec les luttes du peuple marocain pour des droits justes et légitimes stipulés dans le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux, culturels et environnementaux et dans les lois nationales.

L’AMDH-Paris/IDF

Paris, le 08 janvier 2018

Pour tout contact :

  • E-mail : amdh.paris@gmail.com
  • Blog: www.amdhparis.org
  • Facebook: www.facebook.com/AmdhParis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *