L’AMDH-Paris/IDF solidaire de Claude Mangin-Asfari, en grève de la faim depuis le 18 avril, privée de droit de visite à son mari, détenu politique Sahraoui au Maroc

 

La section parisienne de l’AMDH suit avec inquiétude la situation de Madame Claude Mangin-Asfari, en grève de la faim depuis le 18 avril 2018 dans la municipalité d’Ivry-sur-Seine. Elle conteste par cet acte son expulsion, pour la quatrième fois, du territoire marocain, la privant ainsi de son droit de visiter son mari, Naâma Asfari, en prison.

Activiste Sahraoui et défenseur des droits humains, Naâma Asfari a été arrêté la veille du démantèlement du camp Gdim Izik en 2010, a été torturé, jugé et condamné à 30 ans de prison dans un procès politique largement dénoncé.

Non seulement les autorités marocaines doivent permettre à Madame Claude Mangin-Asfari de visiter son mari, mais surtout ce dernier doit être libéré. Le gouvernement français, par son soutien aux autorités marocaines, porte une responsabilité dans la pérennisation et la recrudescence des violations des droits humains par l’État marocain.

À travers ce communiqué :

  • Nous exprimons notre inquiétude quant à l’état de santé de Claude Mangin-Asfari.
  • Nous exprimons notre solidarité avec Madame Claude Mangin-Asfari dans son combat pour faire respecter son droit à visiter son mari.
  • Nous demandons à l’Etat marocain de respecter les conventions et les accords internationaux en rapport, les exigences du droit international humanitaire et la compétence des Conventions de Genève relatives au statut des détenus du groupe « Gdim Izik ».
  • Nous exigeons la libération immédiate de tou·te·s les détenu·e·s politiques dans les prisons marocaines.

L’AMDH-Paris/IDF

Paris, le 03 mai 2018

Pour tout contact :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *