amdh logof
L’Association Marocaine des  Droits Humains (AMDH).
Par :Soulaiman RAISSOUNI.

Il y a quelques mois, un journaliste d’une chaine satellitaire a demandé à AHMED EL HAIJ, le président actuel de l’Association Marocaine des Droits Humains, son avis sur une décision gouvernementale ayant trait aux droits humains ; et lorsque EL HAIJ a répondu que la décision était positive, le journaliste l’a interrompu en disant : « c’est un scoop… l’Association Marocaine des Droits Humains parle d’une manière positive d’ une décision gouvernementale ! », EL HAIJ a commenté calmement : « comme certains le croient, nous ne faisons pas de l’opposition pour l’opposition, nous ne ternissons pas l’image du MAROC .. nous commentons les choses, avec une objectivité relative, selon les informations dont nous disposons »
Personne ne doute de la présence exceptionnelle de l’ASSOCIATION MAROCAINE DES DROITS HUMAINS sur l’échiquier social et politique marocain ; en effet ,c’est une grande association  selon ceux qui la soutiennent, et plus qu’une association, selon ses détracteurs qui disent qu’elle dépasse le cadre des droits humains pour s’intéresser à des domaines des partis politiques et syndicats.

En vérité, aussi bien les supporters que les détracteurs de l’Association Marocaine des Droits Humains ont raison dans ce qu’ils avancent ; du point de vue organisationnel, l’association est considérée comme la plus grande association des droits humains dans le monde arabe et même en EUROPE ! Le nombre de ses membres dépasse les 14000 répartis à travers 100 sections ; ce nombre est pratiquement le double de celui de tous les membres des organisations arabes  des droits humains réunies ; ce nombre dépasse celui de la ligue française des droits de l’homme qui est considérée comme la plus grande association des droits humains en Europe !
L’Association Marocaine des Droits Humains est la première association de droits humains dans le monde qui a innové en matière de « militantisme de masse dans le domaine des droits humains », avant elle, les organisations de droits humains étaient l’apanage d’une élite limitée à des avocats qui élaboraient des rapports très généraux en matière de suivi de la réalité des droits humains dans les pays ou régions où ils résident ; l’association a innové en faisant participer les victimes des violations des droits humains nonobstant leurs connaissances dans le domaine de la défense de leurs droits, sans se substituer à eux et sans paternalisme.
Quant à son action, l’association a fait un grand pas ‘ du temps de son ancien président ABDERRAHMANE BEN AMROU , vers les droits économiques, sociaux et culturels, initiative qui s’est élargie avec la venue du syndicaliste ABDELHAMID AMINE à la tête de l’association en 2001 ; ainsi l’association est devenue partie prenante dans toutes les grandes luttes ouvrières compte tenu du fait que c’est une association généraliste et que les syndicats sont des organisations de droits humains spécialisées dans les droits des travailleurs. L’association a également joué un rôle central dans la dynamique des coordinations contre la cherté de la vie à l’échelle nationale.
Quant au volet politique, l’association a instauré les bases, de manière conforme aux droits humains, avec une intelligence remarquable, à trois slogans/concepts, politiques, qui sont l’impérialisme, la laïcité et la constitution démocratique.
Cette présence et cette accumulation, quantitative et qualitative, des plus sérieux, ont fait de l’Association Marocaine des Droits Humains l’objet de respect et reconnaissance de toutes les organisations marocaines, maghrébines et internationales ; l’AMDH préside, par l’intermédiaire de son ex présidente KHADIJA RYADI, la COALITION MAROCAINE DES INSTANCES DES DROITS HUMAINS qui englobe vingt trois organisations des droits humains, dont certaines sont proches du PARTI justice et développement ,al ADL WAL IHSSANE et le PARTI DE L’ISTIQLAL ; l’association préside également la Coordination Maghrébine des Organisations des Droits Humains ( vingt quatre organisations des droits humains) ; l’AMDH est considérée comme la principale source d’informations pour la plupart  des organisations internationales et à leur tête HUMAN RIGHT WATCH et AMNESTY INTERNATIONAL.

Cette crédibilité, ce respect dont jouit l’AMDH auprès de toutes organisations de droits humains, nationales régionales et internationales, n’a pas de trace dans sa relation avec l’ETAT marocain qui ne se contente pas de traîner les militants de l’association dans les rues mais qui va jusqu’à accuser leur association quant à sa probité financière et patriotique, sans pour cela avancer des preuves ou poursuivre les responsables de l’association devant la justice ; ceci du point de vue financier ; du point de vue des positions nationales, ceux qui accusent l’AMDH de pactiser avec les séparatistes ne remâchent que des propos généraux et vagues, sachant que la position de l’AMDH sur le problème du sahara reste logique en ce sens qu’elle exhorte les parties concernées à recourir à « une solution démocratique et rapide du conflit et à dénoncer toutes les violations issues du conflit quel que soit son origine ». Cette position qui vaut à l’AMDH d’être taxée de « traitrise » de la part de responsables et leurs acolytes est également reprochée par  les partisans du « droit à l’autodétermination » aussi bien nationaux qu’internationaux et à leur tête des responsables au sein d’AMNESTY INTERNATIONAL  qui demandent à l’AMDH de s’en tenir à la position internationale des droits humains dans ce conflit c’est-à-dire « l’autodétermination ».

L’AMDH qui s’en est pris à DRISS EL BASRI alors qu’il était au pouvoir et qui l’a défendu lorsqu’il a été privée de son passeport ; l’association qui réclame la laïcité et qui défend les droits des détenus salafistes ; l’association qui dénonce les violations de l’ETAT dans le domaine des droits humains et qui noue des accords de partenariat avec ce même état pour la promotion de la culture des droits humains… il est tout à fait normal qu’une telle association  ne peut qu’irriter des responsables qui n’imaginent pas un MAROC avec une organisation qui réfléchit, qui décide et qui agit en dehors du cadre tracé au préalable.

(*)quotidien arabophone le plus lu au Maroc, selon les chiffres de l’Organisme de justification de la diffusion de la presse au Maroc (OJD) .
(**)Journaliste marocain et chef de division de l’investigation au quotidien AL MASSAE.

Comments

  1. Salam alikom
    Je suis une jeune frmme marocaine j’ai un grand problème au Maroc et je veux savoir est ce que votre association peux mˋaider à trouver un solution à mon problème SVP donner moi une réponse merci bcp

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *